27/05/2007

Suggestion de lecture n° 25.

UN MILLIER DE MENSONGES   (Laura Wilson)

 

(Traduction de Marie-Lise Marlière)

 

 

Thriller. Avec son dernier roman, « Un millier de mensonges » la Britannique se hisse au niveau des Minette Walters et autres dames inquiétantes du roman noir psychologique.

« Elles s'étaient alors levées ensemble et elles avaient pris leur place habituelle de chaque côté de leur mère tandis qu'il commençait silencieusement, systématiquement, à la rouer de coups de poing, de pied, de tête. Sheila tressaillait à chaque secousse, comme si c'était elle la victime, mais elle savait qu'il lui fallait être vigilante pour anticiper la chute d'Iris et l'empêcher de se cogner la tête contre la cheminée ou le bord aigu de la table basse. » Des images insoutenables comme celles-ci, Laura Wilson en use sans jamais en abuser dans Un millier de mensonges. Les coups de Leslie Shand ont été le quotidien d'Iris, sa femme, de Sheila et de Mo, leurs deux filles. Jusqu'au jour où Sheila a pris le fusil et tué son père ! Au tribunal, elle n'a récolté qu'une peine symbolique, tant la vérité a choqué : en plus de battre ses filles, Leslie Shand les violait.

Vingt ans plus tard, Amy découvre cette histoire dans les papiers de sa mère qui vient de mourir. Un journal intime et quelques lettres donnent à la jeune femme l'envie de renouer avec cette partie ignorée de sa famille. Sheila et Mo sont ses petites cousines. Elle retrouve Iris, vieille dame réfugiée dans un Alzheimer miséricordieux. Mo, à qui appartenait le journal caché chez la mère d'Amy, a sombré dans la folie. Sheila a pu se reconstruire, retrouver son travail sous le regard protecteur du voisin, Bill. La venue d'Amy et ses questions vont bouleverser l'équilibre fragile de leur vie et faire remonter à la surface l'ambiguïté des situations vécues.

Avec une précision implacable, Laura Wilson fait émerger ce qui se joue dans les relations perverses entre un bourreau du quotidien et ses victimes. Apparemment consentantes, puisqu'elles restent, même adultes et insérées socialement, comme Sheila et Mo qui ont supporté cette situation jusqu'à la trentaine. « L'esprit trouve un moyen de s'adapter à ce qu'il ne peut accepter : les mensonges dans la tête, les cahiers, dans l'album de photos », écrit Laura Wilson. En démontrant cruellement qu'un millier de mensonges, comme elle titre son livre, ne protègent personne de la réalité. Attention, talent !

Josiane GUÉGUEN.

 

Présentation de l'éditeur
Un millier de mensonges pourrait s'intituler " portrait d'un monstre ". Celui de Leslie Shand, père de famille au-dessus de tout soupçon qui, pendant des années, a martyrisé avec une perversion inouïe sa femme et ses filles avant de mourir d'une balle en pleine poitrine. Qui l'a tué ? Sa femme, l'une de ses filles (inculpée d'assassinat), un voisin... ? Vingt ans plus tard, fascinée par cette histoire, une journaliste au passé douloureux reprend l'enquête à zéro. Dans cette vertigineuse descente aux enfers de l'âme humaine, l'auteur de L'Amant anglais (Prix du Polar Européen/Le Point) nous plonge dans un univers trouble et menaçant dont elle a le secret, entraînant le lecteur dans un conte cruel, impitoyable et désespéré, dont il ne peut se détacher.

 

  • Broché: 359 pages
  • Editeur : Albin Michel (4 avril 2007)
  • Collection : LITT.GENERALE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2226176993
  • ISBN-13: 978-2226176998
  • Prix : 22 € environ.
  •  

               

     

     

     

     

     

    16:39 Écrit par Chaparal dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lecture - roman - thriller |  Facebook |

    Les commentaires sont fermés.