18/08/2007

Je lis pour l'instant...

LE CINQUIEME JOUR       (Maud Tabachnik)

New York est la plus fantastique des villes, mais elle abrite aussi quelques dingues, une foule de paranoïaques et des parents inconscients, capables de laisser partir leur petite fille avec un presque inconnu. C'est ce que pense l'inspecteur Stan Levine, père de famille lui-même, en recevant Howard Riley et sa mère, lesquels déplorent la disparition de leur sœur et fille Gloria, neuf ans. Stan Levine se demande s'il va devoir sacrifier son premier week-end en famille depuis que Christophe Colomb a découvert l'Amérique. Le flic de choc va plonger dans les bas-fonds new-yorkais pour traquer un autre père de famille, monstrueusement pervers celui-là. Le furieux défi entre les deux hommes passe par des moments insoutenables...

Les amateurs d'histoires de serial killers, de tueurs d'enfants cannibales, se régaleront avec ce récit qui tente de faire remonter le lecteur jusqu'aux racines même du mal, qui leur décrit par le menu les infâmes circonvolutions psychologiques du tueur. Il faut reconnaître qu'après Jean-Hugues Oppel et son Six Pack, Maud Tabachnik se sort très bien de cet exercice jusqu'ici réservé aux auteurs américains. Mais fallait-il un livre de plus sur ce sujet qui a tendance à devenir un phénomène de mode, comme tendraient à le prouver les multiples apparitions télévisées de profilers ? Ce récit, qui s'inspire de faits réels, est certes une dénonciation-explication du mal (en substance, voila à quoi mène l'intolérance) ; mais ne flatte-t-il pas une curiosité morbide ? Du même auteur, on pourra préférer La Mémoire du bourreau, remarquable explication de la montée du nazisme, de ses abjectes justifications et parfaite dénonciation de ses crimes contre l'humanité. --Bruno Ménard --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Présentation de l'éditeur
New York. Gloria, une fillette, naïvement confiée par les siens à un visiteur occasionnel, disparaît. Une lettre, un peu plus tard, leur détaillera sa fin abominable.
Au même moment, on découvre un jeune prostitué égorgé, amputé de ses doigts et de ses parties génitales. Cependant que le jeune Albert, déficient mental léger, fait une étrange rencontre au cours d'une promenade, et disparaît à son tour... Au croisement de ces faits divers : Nichols, archiviste, père de famille, prototype du citoyen ordinaire. Nichols, qui va entamer avec Stan Levine, le flic lancé à sa poursuite, un duel que l'auteur de La Mémoire du bourreau mène implacablement jusqu'au bout de l'horreur.

  • Poche: 316 pages
  • Editeur : Le Livre De Poche (22 janvier 2003)
  • Collection : Le livre de poche
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2253182338
  • ISBN-13: 978-2253182337
  • AVIS PERSONNEL :

    Passionnant et décapant tout à la fois. J'ai lu ce livre assez rapidement car j'avais du mal à le déposer.

    Ma première rencontre avec l'auteur, Maud Tabachnik, dont j'avais souvent entendu parler et je n'ai pas été déçu et je sais que je lirai encore d'autres livres de cet auteur comme "Le festin de l'araignée" ou"Gémaux" ou encore "La mémoire du bourreau" par exemple.

    Un peu de "Seven" dans ce livre avec des endroits sombres, sinistres et glauques, un peu du "Silence des agneaux" avec ce tueur psychopathe et cannibale qui hante New York, une descente dans les abîmes des horreurs que la nature humaine peut atteindre, une rencontre avec la folie destructrice d'un homme.

    J'ai bien aimé ce roman et je terminerai cet avis perso en reprenant deux mentions figurants sur la couverture de l'ouvrage chez Albin Michel (l'edition grand format donc) :

     "UN THRILLER A NE PAS METTRE ENTRE TOUTES LES MAINS".

     "ENERGIQUE, FEROCE, DRÔLATIQUE, MAUD TABACHNIK COMME SES FRANGINS AMERICAINS (CHESTER HIMES, JIM THOMPSON, JAMES ELLROY), S'INTERESSE AUX PSYCHOPATHES, AUX TERRORISTES ET AU MONDE EN TRAIN DE COURIR A SA PERTE " (Magaine Lire).

    14:26 Écrit par Chaparal dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lecture-roman-thriller |  Facebook |

    Les commentaires sont fermés.