23/08/2008

Je lis pour l'instant...

SEPULTURE                (Stephen Dobyns)

Aurelius est une petite ville tranquille comme il en existe des centaines aux États-Unis, mais plusieurs incidents vont venir rompre cette apparente quiétude. Tout semble commencer avec l'arrivée à l'université d'un nouveau professeur d'histoire d'origine algérienne, adepte de la philosophie marxiste. Rapidement, une dizaine d'étudiants séduits par ses idées, créent un cercle de discussions, le Groupe de recherche sur la justice (G.R.J.), ce qui provoque un certain émoi parmi la population.

L'assassinat d'une femme, retrouvée chez elle une main tranchée, n'améliore pas la situation. On lui connaissait de multiples amants dont plusieurs homme mariés, mais les recherches de la police restent infructueuses. Aaron, le fils de la victime, revenu à Aurelius pour tenter d'identifier l'assassin de sa mère, rallie le G.R.J. Mais le jeune homme a un comportement plus que bizarre : il n'hésite pas à sectionner d'un coup de dent l'oreille d'un jeune costaud qui le harcelait. L'angoisse s'aggrave encore lorsqu'une fillette d'une douzaine d'années disparaît en plein jour. Dès lors, les accusations les plus folles circulent dans la ville, n'importe qui devient suspect. Et bientôt la haine laissera place à une brutalité sans limite.

Comme il l'avait fort bien réussi avec Persécution, Stephen Dobyns a construit un récit charpenté où il porte le suspense à son comble. Le narrateur, un professeur de biologie anonyme, met en évidence les sordides secrets des habitants de sa ville natale et les relations complexes qu'ils entretiennent entre eux. Une autopsie impitoyable de l'intolérance, de la bêtise et de la violence collective.

Présentation de l'éditeur
Aurelius est une petite ville tranquille de l'Etat de New-York. Mais lorsqu'un premier meurtre est commis, lorsqu'un professeur d'histoire répand des idées subversives lorsque tour à tour, trois adolescents disparaissent, on découvre que tout le monde cache des secrets plus ou moins avouables, qui pourrait faire de chacun un suspect potentiel.

 

  • Poche: 508 pages
  • Editeur : J'ai lu (27 septembre 2002)
  • Collection : J'ai lu thriller
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2290319945
  • ISBN-13: 978-2290319949

     

    Avis personnel 

  •  

    La lecture fut longue non pas que le livre fut ennuyeux mais surtout par manque de temps en soirée.

    Suite au meurtre  d'une femme retrouvée chez elle la main tranchée et àux disparitions inexpliquées de trois fillettes d'une dizaine d'années, les secrets sordides des habitants de la petite ville d'Aurélius se font jour, les relations complexes et souvent tendues qu'ils entretiennent entre eux sont dévoilées, le suspense grandit et bientôt la haine et la violence prennent le pas sur le raisonnable et le rationnel.

    Une véritable autopsie de l'intolérance, de la violence collective, de l'idiotie humaine ou les voisins se dressent contre les voisins, les amis contres les amis, etc.. cela me faisait un peu penser à la trame de Bazaar de Stephen King où le mal (le diable) personnalisé par le propriétaire du fameur Bazaar où l'on trouve de  tout et surtout le pire, finit par détruire une ville et faire que les habitants s'entretuent les uns les autres.

    Ma cote perso : 7,5/10. 

     

     

                               sépultures grande

    14:25 Écrit par Chaparal dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lecture-roman-thriller |  Facebook |

    Les commentaires sont fermés.